Crève pourriture abolitionniste !

Publié le par CPPN

Pour reprendre le discours de Barack Obama et la Une du Monde : « Justice est faite » !

http://www.politis.fr/local/cache-vignettes/L465xH349/hp_scanDS_115219324526-25196.jpg

Ben Laden est mort. Passons rapidement sur les doutes qui subsistent sur cette affaire (doutes qui n’intéressent pas trop la presse française) et le fait que les médias tiennent pour acquis tout ce que lui balance l’administration US (sans possibilité ni volonté de recouper les informations avec d’autres sources) : Ben Laden a été tué dans une opération menée le 1er Mai, identifié (par qui ?) par son ADN et son corps a été balancé dans la mer (l’autopsie sera réalisée par les mérous). Ce n’est pas ça l’important. Ce qui est important c’est que la parenthèse ouverte en France le 9 octobre 1981 par cette crevure abolitionniste de Robert Badinter est en passe de se terminer.

Finis les atermoiements des droits-de-l’hommistes et la mauvaise conscience des gauchistes (qu’ils ne fassent pas les malins eux ou bien ils vont rejoindre Benny dans son école de plongée sous-marine en mer d’Oman), la plupart de nos hommes politiques et de nos éditorialistes sont d’accord : il faut se réjouir de l’application de la peine de mort pour Ben Laden. Il faut d’autant plus se réjouir de cette exécution qu’elle n’a pas été menée au terme d’un long processus coûteux avec procès, avocats, procédure d’appels et tout le toutim inutile qui ruine les caisses de l’État. Non ! Une balle dans la tronche (si on en croit – et qui sommes-nous pour en douter ? – le shérif Barack Obama) sans procès ! Mieux, si on en croit (et nous les croyons car cela est juste et bon) les officiels US, « Justice a été faite » sans même en avertir le gouvernement pakistanais, preuve qu’on ne doit même plus s’ennuyer avec la paperasserie et des concepts dépassés comme la souveraineté des États. « Un foie jaune au Kansas reste un foie jaune quand il arrive au Missouri » comme disait John Wayne (à moins que ce soit Donald Rumsfeld ?) et il n’est pas question de s’embarrasser avec des peccadilles comme les frontières. Pas de procès, pas de débats sur les attentats du 11-Septembre, pas de discussions sur les liens de Benny avec la CIA pendant la Guerre froide et ensuite. On s’en fout de tout ça ! C’est le passé et le passé est moins rapide et plus cher à exhumer qu’une bullet in the head.

Personnellement, j’aurais préféré qu’on le pende à un arbre, assis sur son cheval, avant de donner une grande bourrade sur le croupion du canasson mais l’esprit cow-boy se perd (un peu). Ne boudons pas notre plaisir cependant. En exécutant ainsi Ben Laden, les États-Unis nous montrent la voie vers un retour aux principes de la saine justice de nos ancêtres en y mêlant la haute technologie. On se prend à rêver à ce qu’aurait pu faire l’inquisiteur Torquemada s’il avait disposé de la surveillance satellite et de commandos avec vision nocturne et fusils d’assaut au lieu de soldats pouilleux avec des hallebardes.

Notre ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, a déclaré sur BFM-TV : « Comme l'a dit le président Obama, aujourd'hui justice est faite », avant d’ajouter : « C'est quelque chose qui ne peut que satisfaire tous ceux qui se mobilisent pour la démocratie, les Droits de l'Homme ». Tu m’étonnes ! Une balle dans la tronche sans procès pour un criminel, ça ne peut que faire jubiler l’amoureux des Droits de l’Homme (qui fait souvent sa mijaurée mais qui, au fond, aime la senteur suave de la Lex Talionis à l’ancienne). D’ailleurs, je propose que lors des « semaines des Droits de l’Homme » qui sont régulièrement organisées dans nos écoles, on projette à nos enfants la série des « Justiciers » avec Charles Bronson. Cela les réjouira et leur fera comprendre les Droits de l’Homme dans un sens plus viril que ce à quoi on les a habitués jusqu’à présent.

De son côté, Gérard Longuet s’enthousiasme sur RTL : c'est un « symbole d'impunité » qui « tombe brutalement ». (Je précise, à toutes fins utiles, pour mes lecteurs distraits, que « le symbole d’impunité qui tombe brutalement » ne signifie pas qu’Ariel Sharon a glissé de son lit à l’hôpital de Jérusalem).

Le magistrat Philippe Bilger, qui peste sans doute régulièrement contre les carcans légaux qui l’empêchent de requérir une juste peine de mort, s’extasie également sur son blog sur la mort de Ben Laden : « Justice vient d'être faite au sens où, au-delà de l'officiel, il y a des événements et des issues qui satisfont pleinement ce que l'être humain, quoi qu'on en ait, attend ».

Bernard Henri Lévy qui, dans un édito traitant de « l’affaire Sakineh », le 14 octobre 2010, dans  Le Point, se lamentait de devoir encore plaider contre la peine de mort et déclarait « La peine de mort n'est pas une peine, c'est un crime. La peine de mort n'est pas un acte de justice, c'est un acte de barbarie. » a visiblement changé son fusil d’épaule et, dans  son prochain édito du Point (déjà publié sur son site internet ) se réjouit de l’exécution de Ben Laden. Depuis qu’il joue aux chefs de guerre en Libye, BHL s’est visiblement réconcilié avec les méthodes judiciaires popularisées par le général Bigeard.



Bref, tout le monde se réjouit de ce retour à la justice à l’ancienne et applaudit notre rude (mais bon !) maître Barack Obama. Et il y a de quoi ! N’est-ce pas Barack Obama qui a rétabli (ou plutôt maintenu, ne faisons par injure à George W. Bush) cette saine pratique de l’exécution extrajudiciaire après avoir laissé en place le camp de Guantanamo (malgré ses errements de la campagne présidentielle de 2008) ? Qui a rétabli les procès militaires d’exception que, dans un moment d’égarement, il avait suspendu ? Et qui a ( ce dont on avait trop peu parlé à l’époque) étendu à 75 pays, en juin dernier, les possibilités pour les forces spéciales US de pratiquer des assassinats d’aller apporter la saine justice de par le monde ?

Barack, c’est un mec, un vrai. 

 

J’attends donc avec impatience le jour où Robert Badinter viendra, sur les plateaux de télévision, simplement vêtu d’une chemise de lin blanche, pour présenter ses excuses au peuple français pour lui avoir fait perdre 30 ans de possibilités d’appliquer une vraie justice. Et ce jour là, je serai avec tous les éditorialistes et les « vrais défenseurs des Droits de l’Homme » pour le couvrir de goudron et de plumes, comme devrait nous y autoriser bientôt notre code civil enrichi par les dernières jurisprudences.

http://1.bp.blogspot.com/_bEvren9O8V0/SOjzxGY-VoI/AAAAAAAAB4I/PN8G-EPPmTU/s400/hangemhigh.jpg



 

 

Commenter cet article

José 27/12/2011 13:12

Le New York Times a demandé à l'administration Obama sur quelle base légale elle avait fait exécuter via un drone Anwar al-Awlaki, citoyen US jihadiste au Yémen. On n'aura pas la réponse, c'est
classé secret-défense : http://www.commondreams.org/further/2011/12/22-1

La différence entre l'administration Bush et l'administration Obama saute vraiment aux yeux.

CPPN 27/12/2011 13:15



Merci pour ce nouveau lien José (tu nous gâtes).


Cela montre malheureusement les limites du Freedom of Information Act dont mad parlait il y a quelques mois dans cette discussion.



CPPN 09/11/2011 13:19


Sans surprie, je n'ai plus eu de nouvelles de mon interlocutrice.


sevoth 21/10/2011 19:52


Tu as bien de la patience pour répondre à quelqu'un qui n'a de toute évidence, même pas pris la peine de te lire.

Et qui galère pour comprendre le français.


CPPN 21/10/2011 21:40



Je ne l'aurais sans doute pas fait si mon hébergeur ne m'avait pas demandé de prendre contact avec elle pour dissiper la plainte. J'ai fait ma part du job.



CPPN 20/10/2011 20:10


Je viens de recevoir un message de mon hébergeur car cet article a été dénoncé par une lectrice qui se déclare "choquée" et m'accuse d'avoir écrit un titre "raciste". Voici la réponse que je viens
de lui faire :


Madame,
Je viens de recevoir un message d'overblog déclarant que vous aviez dénoncé l'article "Crève pourriture abolitionniste" pour les motifs suivants :

"desciption (sic) : le verbe 'crever' et l'insulte 'pourriture' incitent à la haine. On peut s'exprimer sans être vulgaire, raciste à ce point.
raisons : choquée et sensible à l'appel à la haine que je n'aime pas."

Vous avez vu le titre de cette note comme injurieux (c'est le cas mais il s'agit de second degré) voire raciste (là, il faut m'expliquer). La simple lecture de l'article vous aurait permis de
constater que le titre est clairement du second degré ; dimension qui n'a probablement pas échappé aux centaines de personnes ayant cliqué sur ce lien puisque cet article, qui a été beaucoup lu
(selon les standards de ce blog) n'a provoqué aucune réaction similaire à la vôtre mais, au contraire, une large approbation.
Je crois que les notes de ce blog démontrent clairement mon mépris pour toute forme de racisme et notamment le racisme banalisé et respectabilisé qui s'étale bien souvent en "Une" de certains
journaux mainstream.
Je vous annonce par conséquent que je ne changerai pas le titre de cette note. Je vous invite également à lire le contenu des articles avant d'en appeler à mon hébergeur.

CPPN

PS : je reproduirai le présent message dans les commentaires de l'article incriminé, sans faire figurer votre adresse mail.


mad 04/05/2011 11:31


Selon la presse du jour, obl n'était pas armé au moment de l'intervention.
Mais il aurait "résisté"...
Pourquoi faut il que les ricains gachent toujours tout?


CPPN 04/05/2011 12:57



En même temps, on en reste toujours avec le même problème concernant ce qu'affirme la presse sur cette affaire : la seule source possible c'est une poignée de ghauts fonctionnaires, de
dirigeants politiques et de militaires qui racontent absolument ce qu'ils veulent, sans qu'il soit possible de recouper ou de vérifier leurs dires. Les déclarations contradictoires peuvent aussi
bien être le fruit d'un règlement de compte interne au sein de l'administration Obama qu'une façon de focaliser l'attention et de "relancer le débat" sur un sujet anecdotique pour qu'on ne
s'intéresse pas à d'autres éléments plus sérieux.