Contrairement aux apparences, je ne suis pas DSK

Publié le par CPPN

Quatre mois.

 

Ca fait près de quatre mois que je n’avais rien publié sur ce blog. La précédente note date du 16 mai 2011, soit approximativement quand Dominique Strauss-Kahn devenait une source d’inspiration pour les scénaristes de Law and Order : Special Victims Unit. En outre, voilà une nouvelle note qui est publiée juste après son retour en France. N’est-ce pas intriguant ? Cela a pu laisser penser à certains de mes lecteurs  - ou plutôt à mon lecteur si j’en crois mes statistiques de blog – que, si je n’écrivais plus, c’est que j’étais un strauss-kahnien traumatisé, voire DSK lui-même.

http://www.jeune-garde87.org/wp-content/gallery/photo-personnalite-national/dsk_5.jpg

Et bien non, lecteur à la sagacité déficiente, je ne suis ni DSK, ni une de ses ouailles ! Mais, oui, mon absence de publications sur ce blog a un lien direct avec l’incarcération à New-York du social-libéral préféré des éditorialistes.

En effet, DSK a commencé à côtoyer Benson et Stabler au moment précis où il s’apprêtait à lancer en fanfare sa candidature à la primaire du PS, annonce attendue impatiemment par la horde de ses fans mais également par l’auteur de ces lignes. J’étais, en effet, en train de préparer avec patience et amour (si ! si !) une note sur ce bon DSK.

J’avais sorti mes archives sur la création du Cercle de l’industrie et la façon dont il était devenu le « socialiste » préféré des patrons du CAC 40.

J’avais également sorti ses plus belles citations sur l’amour qu’il portait à Israël, avec, entre autres, sa fameuse citation du printemps 1991 dans la revue Passages : « Je considère que tout juif de la diaspora, et donc de France, doit, partout où il peut, apporter son aide à Israël. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il est important que les juifs prennent des responsabilités politiques. (…) En somme, dans mes fonctions et dans ma vie de tous les jours, à travers l'ensemble de mes actions, j'essaie d'apporter ma modeste pierre à la construction d'Israël ». Lors de la primaire du PS de 2006, il avait, à nouveau, montré son parti-pris sur la question du Proche-Orient dans une interview de 12 pages accordée à la revue néoconservatrice française « Le Meilleur des mondes » (numéro 2, automne 2006) où il appelait à une politique dure –voire belliqueuse - contre l’Iran, à l’abandon de la politique arabe de la France et où il légitimait la guerre israélienne contre le Liban. Dans la même interview, il sous-entendait également qu’il ne respecterait pas le programme économique du PS (qui l’aurait engagé à augmenter fortement le SMIC) en déclarant : « Je n’endosse pas [les erreurs de diagnostics économiques du projet socialiste] puisque je [les] dénonce et j’ai passé mon temps à [les] dénoncer publiquement ! (…) Mais, si mettre toutes [les propositions économiques] bout à bout constitue une ressource utile, cette « bibliothèque » ne constitue pas à elle seule une politique. Il incombera donc au président de la République de fixer ses priorités. Libre à lui d’ajouter ou d’ajourner telle ou telle mesure selon son appréciation de la situation économique française ». Ce qui était une façon élégante de dire que les mesures sociales promises, ça faisait joli mais qu'il ne fallait pas trop s'y attacher. La revue américanolâtre qui consacrait, dans le même numéro, une interview de la même taille à Nicolas Sarkozy, se prononçait implicitement pour un second tour DSK-Sarkozy. Le courant politique incarné par cette revue n’avait d’ailleurs pas renoncé à ce souhait pour 2012 puisque le directeur de publication de feu « Le Meilleur des mondes » n’était autre que Michel Taubmann, auteur de l’hagiographie « Le Roman vrai de Dominique Strauss-Kahn », qui, au lendemain de l’arrestation de DSK, s’est répandu sur les plateaux de télé et de radio pour clamer l’innocence et les hautes qualités de son favori.

Je n’avais pas que ça sous le coude, je vous fais la version courte.

 Mais, dans une chambre du Sofitel de New-York, la candidature du directeur du FMI a explosé en plein vol. Ce que j’avais à écrire à son sujet restait exact mais tirer sur une ambulance n’est pas l’exercice que j’apprécie le plus et ne présentait plus d’intérêt. S'il était resté une vache sacrée, j'aurais pu me faire plaisir, mais là, non. J’ai donc remballé mon article et je me suis dit que j’allais plutôt regarder la façon dont les médias traitaient de l’affaire Strauss-Kahn. J’aurai eu de quoi dire mais j’ai pu constater que j’étais loin d’être le seul qui traitait de ce sujet (le contraire eut été inquiétant) et Acrimed a travaillé sur la question avec une rapidité et une exhaustivité dont je n’aurais jamais été capable faute de temps (et je vous invite à relire leurs articles sur le sujet, c’est plus qu’éclairant). 

Bref, sur ce coup là - là encore - je n’avais plus qu’à ranger mes archives au chaud. Sans compter que j’en ai vite eu assez de cette affaire qui, de révélateur des tares du système médiatique français est vite devenu un étouffant écran de fumée masquant les vrais problématiques et les grands enjeux actuels. J’avais bien plus envie d’écrire sur les sujets importants : Libye, Syrie, crise dite « de la dette » (appellation qui, au passage est une belle escroquerie intellectuelle)… etc. Mais, sur la Syrie et la Libye, je me suis trouvé confronté à une masse d’information colossale face à laquelle il n’était guère évident de démêler le vrai (rare) du faux (fréquent) et sur la crise boursière, la somme d’informations à ingurgiter et à comprendre ne m’a guère facilité la tâche.

 

Et puis il y avait le boulot, la vraie vie et le temps qui passe sans poster qui casse l’envie d’écrire et qui décourage.

 

 Heureusement, France Inter est là ! Son opération spéciale « commémoration du 11-Septembre » en direct de New-York a titillé mon système biliaire toute la semaine. C’est donc avec ma station de radio « préférée », celle que j’aime détester et que je déteste aimer, que je vais pouvoir reprendre ce blog.

Réjouissez-vous mes chers lecteurs

Réjouis toi, mon cher lecteur (Maman ?), tu vas avoir de la lecture.

 

 

Commenter cet article

mad 10/09/2011 12:53


Il faut croire que tout le monde n'aime pas les agrégateurs de flux rss :)
Et donc, sur DSK, la mise à pied de l'animateur de radio qui a relancé le débat (le dégât ?) sur le soutient juif à DSK, ça t'inspire quoi ?


CPPN 10/09/2011 15:26



Pas grand chose.


Sud Radio vient d'étendre ses émitions à la capitale et cherche un positionnement porteur : la libre antenne réac et ça a dérapé au delà de ce que la corporation juge "acceptable" (parce que j'ai
entendu des trucs bien degueu par ailleurs qui n'ont pas provoqué de réactions (sur France Culture, Finkielkraut en sort quand même souvent des carabinées, Zemmour sur RTL idem)).


Comme, dans le même temps, les généralistes parisiennes déjà installées n'ont pas envie de voir arriver un concurrent, elles n'ont pas loupé l'occasion d'aligner le nouveau rival.



mehdi 10/09/2011 12:50


( -_-) comment tu peux dire que tu n'as qu'un seul lecteur..Je distribue ton blog à tout le monde...


CPPN 10/09/2011 15:19



Laisse-moi faire de la fausse humilité, en sous-estimant mes fréquentations de site, tranquille !



BFR 09/09/2011 15:09


Le lecteur en question (je suppose, mais je me souviens que nous avons été plusieurs à commenter) répond présent et a été bien content de voir un article supplémentaire apparaître dans son fil de
Reader ; même si c'est un article qui ne parle que de ce qui n'a pas été fait et de ce qui sera fait, ça augure du meilleur.